FAQ Philosophe Junkie

1. Peut-on trouver un sens à cette vie ?

Oui. Non. Difficile à dire. Plusieurs diraient que le sens est quelque chose qui se donne, et non qui se trouve.

 

Pour trouver un sens, il faudrait d’abord savoir où chercher. Faut-il regarder vers l’avant ? En haut ? En bas ? Malheureusement, quand on y pense, on se rappelle que la Terre est ronde, et qu’en réalité, il n’y a pas vraiment de haut, de bas, d’avant ou d’arrière. Tout est courbe. Notre vie se déroule sur une grosse boule de bowling bleue roulant sur elle-même tout en effectuant de petits mouvements giratoires sur la piste discoétoilée de l’univers. Nous sommes des chiens dans le jeu de quilles des sciences stellaires.

 

Si vraiment vous souhaitez trouver un sens à votre vie, dites-vous qu’une femme a déjà basé sa vie sur l’objectif de faire pousser ses ongles aussi longs que possible… Donc il y a de quoi faire.

 

Sinon, il y a toujours le nombre 42 (pour les fans du hitchiking galactique ici).

 

2. À quoi sert la junk-philosophie ?

La junk-philosophie peut servir à de nombreuses choses. Entre autres, c’est une façon de jouer avec l’élasticité des idées, faire dire des choses aux principes qui n’avaient initialement pas de sens.

 

On retiendra la fois où en 1849, une approche rhétorique de junk-philosophie permit à Mme Duguenay de gagner une difficile argumentation contre le sieur Dubasson sur la longueur maximale de la cheville qu’il était acceptable de montrer en public.

 

À coup de junk-philosophie, elle assomma son adversaire  en argumentant d’un air pompeux qu’il n’y avait pas de limite maximale dans la nature. Elle donna ainsi en exemple la femelle jaguar des forêts du Paraguay, qui, de toute évidence, n’avait pas à cacher ses chevilles devant ses comparses masculins…

 

Le pire dans tout ça ? Mme Duguenay avait apparemment tort ! Pour preuve : elle se fit pendre le lendemain pour grossière indécence en public.

 

3. Quelle est l’utilité des vêtements pour chiens ?

Les vêtements pour chiens servent-ils réellement à réchauffer l’épiderme de vos amis canins ? Vos relations les plus conservatrices vous ont probablement déjà dit que la nature fait bien son travail et qu’un chien est tout à fait adapté pour survivre aux provocations de Dame nature. Qui sait si ces cons disent vrai ou pas ?

 

S’agit-il donc d’une façon d’humaniser le chien ? Le rendre plus près de nous ? Ou cela lui permet-il vraiment à ressentir un flux thermique des plus agréables ?

 

Le processus inverse qui tend à vouloir de plus en plus déshabiller l’être humain pour revêtir de petites tenues coquettes ne viserait donc pas à le chienniser ? Ou à contrario du chien, c’est que celui-ci a trop chaud et a besoin d’être découvert ?

 

Restons ouverts et écoutons nos toutous, car fort est à parier qu’à travers eux, nous pourrions en apprendre beaucoup sur nous-mêmes.

 

4. L’existence des fast pass au parc d’attractions est-elle une injustice morale ?

Devoir payer en double pour accéder plus rapidement à un  manège devrait-il devenir la norme ?

 

Si une poignée de personnes choisit de ne pas payer en double, alors que la majorité préfère  le faire pour vivre le moment de plaisir plus rapidement, peut-on se dire que cette première poignée de personne ait payé principalement pour l’attente et ne pas bénéficier du moment de plaisir ?

 

La supériorité sociale et morale ne découlerait ainsi que de la capacité à payer deux fois plutôt qu’une.

 

5. Mourir, est-ce l’équivalent d’entendre chanter du Céline Dion en continu lors d’une soirée Karaoké ?

Probablement.